Mots-clés

, , , , , , , , , , ,

bonhomme page blancheBeaucoup d’écrivains sont passés par là : la feuille qui reste désespérément blanche, l’écran de l’ordinateur vide, avec comme seul mouvement celui du curseur dont les pulsations finissent par vous angoisser. Tous les outils sont là, vous avez amplement le temps d’écrire, mais voilà, les mots se refusent à vous.

Si vous êtes enfermé dans ce blocage, il existe quelques méthodes éprouvées pour vous aider à vous en libérer. Arrêtez ce que vous faites et prenez une pause. Partez pour une promenade. Déposez votre travail pendant une heure, une journée ou une semaine, puis  revenez-y. Commencez à écrire tout ce qui vous vient à l’esprit, sans porter de jugement. Vous pourrez faire les modifications nécessaires ultérieurement. Allez dans un endroit qui vous inspire. Lisez un livre. Fondamentalement, secouez la poussière dans votre tête comme une boule à neige. Les particules vont finir par se déposer au fond, comme d’habitude, mais tout aura changé, elles s’organiseront d’une autre manière d’elles-mêmes. Enfin, ces mots qui étaient retenus vont commencer à se répandre. Et il sera difficile de vous arrêter.

Si vous êtes aux prises avec l’angoisse de la feuille blanche, lisez quelques mots d’auteurs qui ont traversé cette épreuve. Cela vous inspirera. En voici quelques-uns.

«Une des choses les plus difficiles est le premier paragraphe. J’ai passé plusieurs mois sur un premier paragraphe, et une fois que je l’ai eu, le reste est venu très facilement .  » – Gabriel Garcia Marquez

«Il se peut que j’écrive, deux semaines de suite « le chat s’est assis sur le tapis, c’est comme ça, c’est pas un rat ». Et il se pourrait bien qu’il s’agisse des mots les plus ennuyeux et les plus laids qui soient. Mais j’essaie. Quand je suis dans une période d’écriture, j’écris quoi qu’il arrive. Et à la fin, c’est comme si une muse quelconque était convaincue de mon sérieux, et disait « D’accord, d’accord. Je viens.»  Maya Angelou

« Ton esprit fait le mort. Lasse-le par de patientes provocations ». Jules Renard

«Vous vous êtes mis à écrire parce que vous deviez écrire un livre et non pas pour donner du sens à votre vie? Faire pour faire n’a jamais eu de sens: il n’y avait donc rien d’étonnant à ce que vous ayez été incapable d’écrire la moindre ligne. Le don de l’écriture est un don non pas parce que vous écrivez correctement, mais parce que vous pouvez donner du sens à votre vie. (…) Les écrivains vivent plus intensément que les autres, je crois. N’écrivez pas au nom de notre amitié, Marcus. Écrivez parce que c’est le seul moyen pour vous de faire de cette minuscule chose insignifiante qu’on appelle vie une expérience valable et gratifiante.» Joël Dicker
«Si j’avais attendu d’atteindre la perfection, je n’aurais jamais écrit un mot.  » – Margaret Atwood

«L’écriture, c’est 90 pour cent de procrastination : lecture de magazines, manger des céréales directement dans la boîte, regarder des info-publicités. C’est faire tout votre possible pour éviter l’écriture, jusqu’à ce qu’il soit environ quatre heures du matin et que vous atteigniez le point où vous devez écrire.» – Paul Rudnick

Advertisements