L’affaire du collège indien, de Sylvie Brien au bûcher!

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Sylvie Brien a appris récemment avec stupeur que son roman pour enfants, L’affaire du collège indien, publié chez Gallimard a été non seulement retiré des bibliothèques d’une trentaine d’écoles francophones du Conseil scolaire catholique Providence en Ontario, mais aurait été aussi mis au bûcher!

affaireLa romancière ne pouvait qu’exprimer sa stupéfaction et son indignation, alors que dans L’affaire du collège indien paru en 2006 chez Gallimard-Jeunesse, elle dénonce le sort réservé aux Autochtones dans les pensionnats et le racisme de la société des années 20 envers eux.

Certes, on note que le sort réservé à l’ouvrage de Sylvie Brien s’inscrit dans un contexte particulier : « Une grande épuration littéraire a eu lieu dans les bibliothèques du Conseil scolaire catholique Providence, qui regroupe 30 écoles francophones dans tout le Sud-Ouest de l’Ontario. Près de 5000 livres jeunesse parlant des Autochtones ont été détruits dans un but de réconciliation avec les Premières Nations. (…) Le conseil scolaire ne spécifie pas la raison du retrait. [L’affaire du collège indien est] une histoire qui se déroule en 1920 avec des personnages et des lieux fictifs. Dans l’histoire, une adolescente défend un Autochtone accusé à tort d’un incendie. L’auteure rejette tout préjugé : « Au contraire, j’ai dénoncé des choses qu’on ne disait pas ». Elle affirme être une des premières auteur.e.s jeunesse à avoir abordé « les horreurs des pensionnats » en se basant sur des documents d’époque. Bibliothèques et archives Canada (Nouvelle fenêtre) a déjà écrit à propos de ce livre que « Sylvie Brien [y] aborde avec justesse le sujet des pensionnats où les jeunes autochtones, arrachés à leur famille, étaient éduqués loin de leurs parents et de leurs traditions ».» (Thomas Gerbet,Radio-Canada)
Ce matin, au micro du 98.5 fm, Paul Arcand en bafouillait. Car ce roman étudié dans de nombreuses écoles est accompagné d’une fiche pédagogique, a bénéficié de recherches historiques solides et défend les Autochtones. Pour le journaliste, il s’agirait d’un problème de sortie du contexte. Écoutez l’émission ici.

Et RTL se faisait également l’écho de ce scandale en France.

Cet acte de la part de la commission scolaire semble d’autant plus injustifiable que Sylvie Brien dénonce de nombreux abus et injustices perpétrés sur des enfants dans plusieurs de ses romans : L’affaire du collège indien, mais aussi La voie de Zahra (Bayard Canada), Spirit Lake (Gallimard-Jeunesse) en sont quelques exemples.

On peut et on doit repenser notamment la manière dont est enseignée l’histoire autochtone, voire son contenu. Mais brûler, censurer des œuvres qui sont autant d’alliées de la cause autochtone?

Ce que les médias ont dit de L’affaire du collège indien:

17.05.2009      À Voix haute Vol. 2 N°8      « Le style alerte et teinté d’humour de Sylvie Brien enchante. Elle sait glisser à petites doses des éléments de mystère et des notions d’histoire (dans ce cas, la scolarisation forcée de milliers de jeunes Amérindiens enfermés dans des pensionnats très loin de leurs familles) tout en multipliant les sous-intrigues capables de faire progresser l’enquête. » [Claude Daigneault, « Vipérine Maltais, une héroïne pour tous au cœur d’une tragédie de notre histoire »]

05.04.06          La voix du Luxembourg      « Sylvie Brien sait ménager le suspense et attirer notre attention en situant l’action dans un collège canadien qui sert de banc d’essai pour instruire de jeunes Indiens arrachés à leurs parents sous prétexte de les civiliser chez les Blancs… Vipérine, toujours aussi vive et maline, nous entraîne sur ses pas et l’épilogue, bien construit, comme le reste du roman, nous satisfait pleinement. » [C. de Jamblinne]

24.03.2006      Tribune Bulletin – Côte d’Azur     « **** Première satisfaction, le roman est écrit dans un français parfait, bien que simple. Et non dans les approximations branchées fleurissant dans la littérature pour jeune public au prétexte de modernité. (…) Humour, mystère, suspense et forte identité constituent les ingrédients d’une série bien construite. » [Liliane Tibéri]

Mars 2006      Le Messager « Une intrigue à la Agatha Christie dans une atmosphère pleine de charme. »

10.03.06          Chroniques de l’imaginaire            « Le thème de fond, les enfants indiens arrachés à leurs familles pour être placés dans des pensionnats, constitue une bonne trame de départ, qui a été exploitée d’une manière subtile et pédagogique. » [Toonnette, « L’affaire du collège indien »]

2006    Bibliomanes   « Un policier bien ficelé, campé dans le cadre original du Québec des années 1920, dont on découvre avec horreur un épisode peu glorieux: la scolarisation forcée, et dans des conditions déplorables, qu’ont subie de jeunes Amérindiens et ce, jusqu’en 1980. Des peintures ajoutent à l’atmosphère oppressante se dégageant de ce roman mené tambour battant dans lequel on retrouve avec plaisir une héroïne brillante et à la langue bien pendue qui nous réserve une fin théâtrale digne d’Agatha Christie. » [Caroline Ricard]

2006    Ricochet         « Après Mortels Noëls, la petite détective Vipérine revient plus en forme que jamais ! Toujours aussi futée, elle est plus sûre d’elle, de sa position au pensionnat et dans sa famille (elle est orpheline de mère). C’est elle la narratrice, et elle maîtrise le récit : le lecteur ne saura rien de ses déductions au cours de l’enquête ; ses observations nous sont livrées comme des faits. Vipérine garde les réponses pour la fin digne du meilleur Agatha Christie : sur une scène de théâtre, devant des adultes spectateurs ébahis, la jeune fille fait un exposé logique et clair du déroulement du drame. L’époque du début du siècle au Canada est toujours aussi bien mise en scène, avec une dénonciation d’un épisode peu glorieux : la scolarisation de force des enfants indiens dans des conditions déplorables, et ce jusque dans les années 1980. Ce deuxième opus, toujours d’excellente qualité, séduira sûrement les amateurs de Sherlock Holmes et autres Rouletabille ! » [Sophie Pilaire, « L’affaire du collège indien »]

13.05.06          Le Devoir       « S’ils rafraîchissent la mémoire, les ouvrages pour la jeunesse de Sylvie Brien sont loin d’être des romans à thèse lourds et ennuyeux. Il s’agit de véritables petits polars, construits dans les règles de l’art, ponctués de nombreuses pointes d’humour. De plus, si les faits historiques stimulent l’écrivaine, les phénomènes inexpliqués la fascinent tout autant. Il y a donc toujours un fantôme qui rôde, un esprit qui veille ou une apparition mystérieuse dans la trame de ses romans. » [Carole Tremblay, « Littérature jeunesse : le Québec des années 20 continue sa percée à Paris »]

18.06.06          Déjà Grand    « ****1/2 Cet ouvrage ravira les esprits avides de suspense, car l’auteur parvient à l’attiser jusqu’au dénouement qui selon les règles de l’art est surprenant et inattendu. Une écriture fine et précise qui fait plonger le lecteur dès les premières lignes dans ce Québec de 1921 sans jamais l’ennuyer. Rien n’y est superflu et surtout le livre révèle un pan cruel et scandaleux de l’histoire du Canada. Une réussite ! »

Sylvie Brien, auteure

Sylvie Brien Cr. Photo : Jean-François O’Kane

La romancière : Sylvie Brien publie en France et au Canada (24 romans), écrit de la littérature adulte et du jeunesse, tantôt avec un narrateur masculin, tantôt avec un narrateur féminin, se passionne autant pour l’histoire que pour l’archéologie, veille à ce que ses personnages soient attachants et donne de nombreuses conférences.

Ses livres rencontrent un large public, lui permettent d’être invitée au Salon du livre de Paris, à la semaine Paul-Hurtmans du Centre de Littérature de Bruxelles, au Salon international du livre de poche « Saint-Maur en poche », d’être présidente d’honneur du Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue en 2009 et de la Quinzaine du livre de Lanaudière en 2010, et valent à Sylvie Brien la reconnaissance de ses pairs : lauréate du Prix littéraire des enseignants de français AQPF-ANEL dans la catégorie « roman 13 ans et plus » avec 16 ans et patriote et membre du jury du prix littéraire Bernadette-Renaud en 2018, elle a été, entre autres, finaliste au Prix Paul-Hurtmans en 2010, lauréate des Grands prix Desjardins de la culture Lanaudière 2010 et finaliste au Prix Peuplier en 2017. La Fenêtre maléfique a été sélectionné pour l’événement « Montréal capitale mondiale du livre de l’Unesco. » Ses romans font régulièrement partie des sélections des libraires sur France Info.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2021

Gabriel Osson lance Tambours et assons

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Gabriel Osson lance aujourd’hui son premier extrait «Tambours et assons» de l’album D’ici et d’ailleurs disponible en octobre 2021.

Le projet : Gabriel offre une performance poétique des textes qu’il a écrits pour son prochain recueil D’ici et d’ailleurs, à paraître en octobre 2021 aux Éditions Terre d’accueil. Il interprète ses poèmes adaptés pour la scène sur la musique de Dieufaite Charles.

Identité : Entre Haïti et Toronto, ce sont les couleurs de Gabriel qui se déclinent comme autant d’instantanés de ses deux pays. Entre amour et nostalgie, bonheur et consternation, Gabriel Osson nous invite à le suivre dans un parcours célébrant les origines, la transmission de la mémoire et les perspectives d’avenir.

Tambours et assons : Ce texte est un appel à se réunir, à œuvrer pour le développement du pays et à conquérir sa liberté. Les tambours et assons sont des instruments de musique traditionnelle également utilisés dans le Vaudou.

Gabriel Osson, Agence littéraire Laëns

Gabriel Osson (Cr. Ph. : Christine Bérubé)

L’artiste : Romancier finaliste au prix Christine-Dimitriu-van-Saanen en 2017, lauréat du prix Alain-Thomas 2021 et artiste peintre franco-ontarien, Gabriel Osson est né à Port-au-Prince en Haïti. Auteur des romans Hubert, le restavèk et Le jour se lèvera, tous deux publiés aux Éditions David, il est également président de l’Association des auteurs et auteures de l’Ontario français (AAOF) depuis 2018. Il anime l’émission hebdomadaire « Franco Découvertes » à la radio de Toronto, CHOQ FM 105.1. En 2019, Radio Canada dresse son portrait dans une série d’articles consacrée aux 25 personnalités noires franco-ontariennes les plus influentes.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2021

Nos lendemains de feu, poème sur un monde en cendres

Mots-clés

, , , , , , , , ,

Julie Stanton nous offre un nouveau livre de poésie aux Éditions Écrits des Forges, son douzième : Nos lendemains de feu.

Nos lendemains de feu

Avec Nos lendemains de feu, la poète explore la beauté de notre planète et se désole de ce qui en disparaît. Qu’est-ce qui motive notre instinct de destruction? Notre aveuglement volontaire? Notre voracité du luxe? Notre amour immodéré pour la futilité? Que laisserons-nous en héritage aux générations futures?

Tu
avais beau tourner le regard d’est en ouest, scruter les savanes
d’Afrique, interroger les mers du Sud, les côtes de l’Australie,
où donc les cortèges de girafes, les parades de rorquals bleus,
les bancs de coraux s’étaient-ils évanouis ?
Les stocks de poissons s’épuisaient
Sitôt que tu les touchais
Des huîtres croupissaient dans les tréfonds, scellées de plomb.
Ça n’en finissait plus de fossiles.

Après avoir fait son mea culpa, Julie Stanton se place en retrait et laisse la parole aux jeunes, à ceux et celles qui clament dans un souffle un nouveau credo pour une Terre nouvelle.

Quelque part sur Terre elle dit je ne veux pas mourir avant d’avoir vécu tandis qu’ailleurs sur Terre d’autres voix fusent envahissons la rue les trottoirs les esprits nous sommes les Résistants sortis de l’ombre allons vent debout devant les banques qui spéculent sur la faim les parlements insensibles les milliardaires des pesticides les décideurs cannibales nous les enfants du XXIe siècle nous confronterons la langue du profit à tout prix à celle de nos idéaux ce sera la tour de Babel pour le meilleur et pour le pire mais ce sera go ! go ! go !

Si Nos lendemains de feu s’inscrit dans la continuité de l’œuvre de la poète, il crée également une rupture dans la forme du discours et dans le ton. Un texte résolument engagé et contemporain. Du côté visuel, la facture de la couverture n’est pas sans rappeler la maquette jadis utilisée par les Éditions Écrits des forges, qui fêtent cette année leurs 50 ans; les encres de Danielle Stanton apportent une légèreté graphique tout en illustrant la désintégration de notre monde .

Julie Stanton

Cr. Photo : Régis Mathieu

Au sujet de Julie Stanton :

Julie Stanton est poète et romancière. Née en 1938 à Québec, elle y pratique divers métiers de l’écriture à partir des années 80, dont le journalisme indépendant[1]. Elle fait partie de la délégation des poètes québécoises, qui ont participé en 1997 et 1999 à la « Rencontre Internationale de Poésie féminine Contemporaine de Langue Française », qui s’est déroulée à Paris, sous les auspices des Messagères du poème. Julie Stanton a publié en revues dans Arcade, Estuaire et Le Sabord au Québec, dans Envol en Ontario, dans Les Cahiers Bleus, Midi, Le Temps Parallèle et Lieux d’Être en France. Elle a collaboré à plusieurs anthologies, tant au Québec qu’en France ou au Mexique.

En 2004, Requiem pour rêves assassinés : Hommage à Pablo Neruda[2] est lancé en présence de l’écrivaine à La Chascona[3] et est finaliste en 2005 pour le Prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec. En 2011, Parfaitement le chaos suivi de Élie ma joie est reçu comme « un solide recueil ciselé aux flammes et aux souffrances ». La même année, Carnets de l’Isle-aux-Grues reçoit le Prix du Patrimoine des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches dans la catégorie interprétation et diffusion.

Finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général 2014 dans la catégorie «Poésie» pour Mémorial pour Geneviève et autres tombeaux (2013), Julie Stanton voit Le Bonheur cet illusionniste être publié par Les Écrits des Forges en mars 2017. Son nouveau recueil, L’ultime lettre d’amour, est sorti le 8 mai chez le même éditeur.

[1] Lauréate des Grands Prix des Magazines du Québec en 1992, 1994 et 1995.

[2] Traduit en espagnol par Victor Hugo Ramos et publié en Argentine par Ediciones Botella al Mar sous le titre : Réquiem por sueňos asesinados en septembre 2017.

[3] L’une des maisons-musées dédiées à la mémoire du poète et siège de la fondation Neruda à Santiago, au Chili.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2021

Gabriel Osson remporte le Prix Alain-Thomas avec LE JOUR SE LÈVERA

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , ,

Gabriel Osson vient de remporter le Prix Alain-Thomas du Salon du livre de Toronto avec Le jour se lèvera, publié aux Éditions David. Ce prix, qui couronne l’excellence littéraire en Ontario francophone dans le domaine adulte, est subventionné conjointement par l’Association des auteures et des auteurs de l’Ontario français et par le Salon du livre de Toronto. Félicitations à l’auteur et à son éditeur !

Le jour se lèvera, par Gabriel OssonPrésentation : En 1963, Henri, brillant étudiant originaire d’Haïti, s’inscrit au Queens College à New York. Dans une Amérique traumatisée par l’assassinat de son président et écartelée par les tensions raciales, il fréquente des opposants au régime de Duvalier. Lors d’une réunion hebdomadaire, il retrouve Jacques, son ami d’enfance. Tous deux vont intégrer Jeune Haïti pour libérer leur pays d’origine du joug de la dictature.

Extrait : « Fred Baptiste leur avait écrit quelques mois plus tôt pour « réunir en un seul bloc révolutionnaire toutes les forces vives de l’exil ». « Il n’y a point de liberté sans révolution, affirmait-il. Il faut du sang pour améliorer le monde. Haïti peut et doit survivre, mais le gouvernement dictatorial duvaliériste ne peut et ne doit survivre en Haïti. » Le sous-groupe armé de Jeune Haïti ouvrirait un second front dans la Grande-Anse afin de créer une brèche et de prêter main-forte à celui de Fred et de Rennel. De cette façon, ils feraient croire à une attaque multiple et forceraient le régime à déployer les ressources militaires du pays à deux endroits à la fois.

*

Vers la fin du mois de juillet, Jeune Haïti rassembla les treize volontaires pour la prochaine expédition. Répondant à l’appel, Henri suspendit ses activités en cours pour partir rejoindre ses amis volontaires en Floride sans rien dire à son oncle Gaston et à sa tante Marie-Rose et sans avertir l’Université. Il rangea soigneusement sa chambre et profita d’une sortie de ses hôtes pour filer à l’Anglaise. »

Feuilleter ce livre

Gabriel Osson, Agence littéraire Laëns

Gabriel Osson (Cr. Ph. : Christine Bérubé)

À propos de l’auteur : Gabriel Osson est poète et romancier. Né à Port-au-Prince (Haïti), il vit à Toronto. Il donne des conférences et anime des ateliers d’écriture pour différents publics, que ce soient des retraités ou des jeunes du secondaire dans les écoles de langue française en Ontario lors de la tournée Mordus des mots. Très impliqué dans la francophonie torontoise, il a participé à l’écriture du recueil POÈMES DE LA RÉSISTANCE (Éditions Prise de parole), réunissant les textes de 37 auteurs franco-ontariens, en réponse aux compressions du gouvernement Ford dans les services en français et anime l’émission hebdomadaire Franco Découvertes à la radio francophone de Toronto, CHOQ FM 105.1. Ses peintures et sculptures se retrouvent dans des collections privées au Canada, en France et aux États-Unis. Gabriel Osson siège au conseil d’administration de Trees That Feed, un organisme voué à la plantation d’arbres fruitiers dans les Caraïbes et certains pays d’Afrique. Il est aussi président de l’Association des Auteures et Auteurs de l’Ontario français (l’AAOF).

Après deux recueils de poésie, Efflorescences et Envolées, il publie J’ai marché sur les étoiles _ Sept leçons apprises sur le chemin de Compostelle, un récit poétique qui relate son expérience du Camino. Son premier roman, Hubert, le restavèk, publié aux Éditions David lui vaut d’être finaliste au prix Christine-Dumitriu-van-Saanen en 2017.

C’est lors du 50e anniversaire du sacrifice des 13 de « Jeune Haïti » que Gabriel Osson se rappelle qu’il était à Jérémie au cours de l’été 1964. « Je ne connaissais aucun de ces 13 jeunes hommes (j’étais beaucoup trop jeune pour cela), mais leurs noms de famille me sont presque tous familiers. Je connaissais les parents de certains, leurs frères, sœurs, beaux-parents, cousins, nièces, etc. L’été de leur débarquement, j’ai passé mes vacances dans cette ville, dans le département de la Grande-Anse. Je jouais avec certains de ces enfants, inconscient de l’inquiétude des parents quand on entendait que le fils d’un tel se trouvait peut-être dans le groupe de kamokens. »

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2021

 

Un roman drôle et sensible signé Pauline Michel

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

De quoi s’agit-il ? Du roman J’éclate ! — Ma famille pop-corn de Pauline Michel, publié aux Heures Bleues.

 Présentation : Pas facile de se démarquer dans une famille recomposée de 5 enfants ! Flavie, 8 ans, aimerait bien qu’on fasse un peu plus attention à elle. Qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir vivre dans un monde de grands ? Et elle alors, elle existe ! Aidée de Wilhem, son voisin et ami, Flavie invente des stratégies plus originales les unes que les autres pour se distinguer et prépare des surprises que sa famille n’oubliera pas de sitôt !
Pauline Michel met en scène une fillette espiègle et inventive qui multiplie les gaffes comme autant de preuves d’amour, un garçon qui incarne l’amitié et une famille recomposée typique. Un roman aussi drôle que doux, rythmé par les onomatopées et les jeux de mots, pour les enfants à partir de 7 ans. Voilà un livre que leurs parents s’amuseront à lire en cachette.

Feuilleter ce livre

Pauline Michel

Pauline Michel (Cr. Photo : François Couture)

À propos de l’auteure : Pauline Michel compte plusieurs réalisations dans la catégorie Jeunesse, à titre d’auteure, scénariste, comédienne et chanteuse. Pour la télévision, Pauline Michel a, entre autres, coécrit la bible de La maison de Ouimzie (production Cinar) diffusée dans une centaine de pays depuis 1994.
Sa pièce de théâtre Farfelu ou Les sens ensorceleurs a reçu une subvention du ministère des Affaires culturelles pour une tournée de deux ans dans les écoles du Québec. Son scénario La poupée abandonnée, produit par le Studio André Perry, a remporté le Prix ADATE.
Du côté du spectacle et de la chanson, Pauline Michel a obtenu une bourse de l’Ambassade du Canada à Paris, pour des tournées dans les écoles et les salles du Sud-Ouest en France, dans le cadre de « l’Atelier imaginaire ». Elle a aussi écrit les chansons de la coproduction internationale Hello Moineau, vendue dans plusieurs pays. Elle a aussi créé et interprété les chansons du spectacle pour enfants Le Tour du monde, qu’elle a donné en tournée au Québec et qui a fait l’objet d’un album et d’une vidéo.

« Les jeunes me touchent beaucoup parce que je trouve qu’ils ont besoin d’espoir. Ils ont besoin de croire qu’on leur a donné un monde qui est viable. » (Re)Découvrez Pauline Michel dans cette vidéo.

Pauline Michel écrit surtout pour les adultes. Elle a été poète officielle du Parlement du Canada de 2004 à 2006, devenant ainsi le premier auteur francophone et la première femme désignée à cette fonction. Artiste engagée, elle est membre du CA du Centre québécois du P.E.N International.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2020

Julie Stanton remporte le Prix littéraire des Écrivains francophones d’Amérique

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

C’est avec L’ultime lettre d’Amour paru aux Éditions Écrits des Forges que Julie Stanton a décroché le Prix littéraire des Écrivains francophones d’Amérique. Pour son édition 2020, le Prix récompensait un recueil de poèmes publié par un éditeur francophone du Canada entre le 1er janvier 2019 et le 30 juin 2020. 13 éditeurs de poésie avaient proposé pas moins de 57 recueils.

Mot de l’éditeur :

L’ultime lettre d’amour propose une incursion au cœur des archétypes amoureux. Dans cette lettre ardente, alors qu’elle évoque les moments passionnels de leur union, la défunte lumineuse invite l’amant à la rejoindre dans son univers où elle côtoie le Phénix et les Immortels bercés par le chœur des Nymphes. Au cours de ce périple du plus creux de la terre jusqu’au plus haut de l’azur, du fond des abysses au sommet des volcans, elle croise Tristan et Iseut, Héloïse et Abélard, couples du Moyen Âge célèbres et célébrés. Une ode à l’amour au-delà du Temps.

Pose l’oreille

sur ma tombe

ô mon amour de peu de foi

tu entendras

malgré la stridulation

des cigales

mon pouls

battre le siècle.

Sous les hydrangées

ma chair

encore violente

mes iris

de pierres précieuses

le sang d’or dans mes veines

d’un rose amarante

ma bouche

pleine

de royal et d’auguste.

Ici

j’existe bardée d’infinitude

en dépit

des porteurs de noir

et de fleurs.

Julie Stanton

Cr. Photo : Régis Mathieu

Au sujet de Julie Stanton :

Julie Stanton est poète et romancière. Née en 1938 à Québec, elle y pratique divers métiers de l’écriture à partir des années 80, dont le journalisme indépendant[1]. Elle fait partie de la délégation des poètes québécoises, qui ont participé en 1997 et 1999 à la « Rencontre Internationale de Poésie féminine Contemporaine de Langue Française », qui s’est déroulée à Paris, sous les auspices des Messagères du poème. Julie Stanton a publié en revues dans Arcade, Estuaire et Le Sabord au Québec, dans Envol en Ontario, dans Les Cahiers Bleus, Midi, Le Temps Parallèle et Lieux d’Être en France. Elle a collaboré à plusieurs anthologies, tant au Québec qu’en France ou au Mexique.

En 2004, Requiem pour rêves assassinés : Hommage à Pablo Neruda[2] est lancé en présence de l’écrivaine à La Chascona[3] et est finaliste en 2005 pour le Prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec. En 2011, Parfaitement le chaos suivi de Élie ma joie est reçu comme « un solide recueil ciselé aux flammes et aux souffrances ». La même année, Carnets de l’Isle-aux-Grues reçoit le Prix du Patrimoine des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches dans la catégorie interprétation et diffusion.

Finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général 2014 dans la catégorie «Poésie» pour Mémorial pour Geneviève et autres tombeaux (2013), Julie Stanton voit Le Bonheur cet illusionniste être publié par Les Écrits des Forges en mars 2017. Son nouveau recueil, L’ultime lettre d’amour, est sorti le 8 mai chez le même éditeur.

[1] Lauréate des Grands Prix des Magazines du Québec en 1992, 1994 et 1995.

[2] Traduit en espagnol par Victor Hugo Ramos et publié en Argentine par Ediciones Botella al Mar sous le titre : Réquiem por sueňos asesinados en septembre 2017.

[3] L’une des maisons-musées dédiées à la mémoire du poète et siège de la fondation Neruda à Santiago, au Chili.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2020

Il est beau, il est drôle et il est signé Patrick Loranger

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Carnet de bord d'un TDAH

Illustration : Jean-Paul Eid

De quoi s’agit-il ? Du dernier roman de Patrick Loranger, Carnet de bord d’un TDAH, publié chez Soulières Éditeur.

Présentation de l’éditeur : Première rentrée au secondaire pour Tommy! Une nouvelle école, de nouveaux enseignants, de nouveaux amis et de nouvelles expériences, voilà qui annonce des malentendus en cascade et des gaffes à la chaîne. Car Tommy est différent. Malgré les « trucs » préconisés par son père et les conseils de sa mère, il déploie un art de la distraction sans pareil. Lorsque ses camarades voient leurs effets scolaires disparaître et que les enseignants cherchent le voleur, Tommy saisit sa chance de démontrer ses capacités et de s’intégrer. Déterminé à résoudre cette enquête, il conçoit des stratégies hors du commun. Et avec l’aide de la mystérieuse Jade, il va s’attaquer à sa plus grande énigme : lui-même.

Avec Carnet de bord d’un TDAH, Patrick Loranger nous offre un roman au rythme enlevant et dont le héros vit avec un TDAH sans le savoir. À partir de 11 ans.

Patrick Loranger

Patrick Loranger

À propos de l’auteur : Patrick Loranger vit de fabuleuses aventures à Shawinigan, sa ville natale. Il se murmure qu’on peut le rencontrer au cinéma, du moment que s’affichent au grand écran des histoires de magie, de super héros ou mettant en scène des êtres humains tels que nous en fréquentons au quotidien, des aventures spatiales, de l’humour, du suspense ; bref, on l’y croise très souvent. Il paraîtrait même qu’il se tient tous les jours devant un clavier, sur lequel il écrit des romans fantastiques avec des personnages plus vrais que nature, un space opera avec des pirates de l’espace ou des énigmes qui se déroulent dans un univers aussi étrange que celui de l’école. Il fréquenterait plusieurs fois par an les établissements scolaires dans lesquels il donne des ateliers à des classes enthousiastes. Pour le reconnaître, fiez-vous à vos oreilles : si vous entendez des rires et des exclamations, suivez-les, il sera au bout. Sa mission : propager le plaisir de la lecture. Ses livres (huit de parus) sont publiés par des éditeurs (les meilleurs) qui apprécient autant son œuvre que l’auteur. Son instrument préféré n’est ni le piano, ni la guitare et encore moins la batterie, mais l’humour.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2020

 

Gabriel Osson sort 13 héros haïtiens de l’ombre

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui sort en librairie le nouveau roman de Gabriel Osson, Le jour se lèvera, publié aux Éditions David dans la collection « Indociles ». Inspiré de faits réels, Le jour se lèvera raconte la fabuleuse épopée de treize jeunes Haïtiens qui tentèrent, au cours de l’été 1964, de renverser le dictateur Papa Doc.

Le jour se lèvera, par Gabriel OssonPrésentation : En 1963, Henri, brillant étudiant originaire d’Haïti, s’inscrit au Queens College à New York. Dans une Amérique traumatisée par l’assassinat de son président et écartelée par les tensions raciales, il fréquente des opposants au régime de Duvalier. Lors d’une réunion hebdomadaire, il retrouve Jacques, son ami d’enfance. Tous deux vont intégrer Jeune Haïti pour libérer leur pays d’origine du joug de la dictature.

Extrait : « Fred Baptiste leur avait écrit quelques mois plus tôt pour « réunir en un seul bloc révolutionnaire toutes les forces vives de l’exil ». « Il n’y a point de liberté sans révolution, affirmait-il. Il faut du sang pour améliorer le monde. Haïti peut et doit survivre, mais le gouvernement dictatorial duvaliériste ne peut et ne doit survivre en Haïti. » Le sous-groupe armé de Jeune Haïti ouvrirait un second front dans la Grande-Anse afin de créer une brèche et de prêter main-forte à celui de Fred et de Rennel. De cette façon, ils feraient croire à une attaque multiple et forceraient le régime à déployer les ressources militaires du pays à deux endroits à la fois.

*

Vers la fin du mois de juillet, Jeune Haïti rassembla les treize volontaires pour la prochaine expédition. Répondant à l’appel, Henri suspendit ses activités en cours pour partir rejoindre ses amis volontaires en Floride sans rien dire à son oncle Gaston et à sa tante Marie-Rose et sans avertir l’Université. Il rangea soigneusement sa chambre et profita d’une sortie de ses hôtes pour filer à l’Anglaise. »

Feuilleter ce livre

Gabriel Osson, Agence littéraire Laëns

Gabriel Osson (Cr. Ph. : Christine Bérubé)

À propos de l’auteur : Gabriel Osson est poète et romancier. Né à Port-au-Prince (Haïti), il vit à Toronto. Il donne des conférences et anime des ateliers d’écriture pour différents publics, que ce soient des retraités ou des jeunes du secondaire dans les écoles de langue française en Ontario lors de la tournée Mordus des mots. Très impliqué dans la francophonie torontoise, il a participé à l’écriture du recueil POÈMES DE LA RÉSISTANCE (Éditions Prise de parole), réunissant les textes de 37 auteurs franco-ontariens, en réponse aux compressions du gouvernement Ford dans les services en français et anime l’émission hebdomadaire Franco Découvertes à la radio francophone de Toronto, CHOQ FM 105.1. Ses peintures et sculptures se retrouvent dans des collections privées au Canada, en France et aux États-Unis. Gabriel Osson siège au conseil d’administration de Trees That Feed, un organisme voué à la plantation d’arbres fruitiers dans les Caraïbes et certains pays d’Afrique. Il est aussi président de l’Association des Auteures et Auteurs de l’Ontario français (l’AAOF).

Après deux recueils de poésie, Efflorescences et Envolées, il publie J’ai marché sur les étoiles _ Sept leçons apprises sur le chemin de Compostelle, un récit poétique qui relate son expérience du Camino. Son premier roman, Hubert, le restavèk, publié aux Éditions David lui vaut d’être finaliste au prix Christine-Dumitriu-van-Saanen en 2017.

C’est lors du 50e anniversaire du sacrifice des 13 de « Jeune Haïti » que Gabriel Osson se rappelle qu’il était à Jérémie au cours de l’été 1964. « Je ne connaissais aucun de ces 13 jeunes hommes (j’étais beaucoup trop jeune pour cela), mais leurs noms de famille me sont presque tous familiers. Je connaissais les parents de certains, leurs frères, sœurs, beaux-parents, cousins, nièces, etc. L’été de leur débarquement, j’ai passé mes vacances dans cette ville, dans le département de la Grande-Anse. Je jouais avec certains de ces enfants, inconscient de l’inquiétude des parents quand on entendait que le fils d’un tel se trouvait peut-être dans le groupe de kamokens. »

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2020

 

Un nouvel opus pour Julie Stanton

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Julie Stanton nous offre un nouveau livre de poésie aux Éditions Écrits des Forges, son onzième : L’ultime lettre d’amour. L’ultime lettre d’amour met à nu la passion amoureuse dans sa flamboyance aux frontières de l’Hadès. Julie Stanton livre ici un texte fort dans lequel eros et thanatos s’imbriquent dans un grand cri d’amour.

Mot de l’éditeur :

L’ultime lettre d’amour propose une incursion au cœur des archétypes amoureux. Dans cette lettre ardente, alors qu’elle évoque les moments passionnels de leur union, la défunte lumineuse invite l’amant à la rejoindre dans son univers où elle côtoie le Phénix et les Immortels bercés par le chœur des Nymphes. Au cours de ce périple du plus creux de la terre jusqu’au plus haut de l’azur, du fond des abysses au sommet des volcans, elle croise Tristan et Iseut, Héloïse et Abélard, couples du Moyen Âge célèbres et célébrés. Une ode à l’amour au-delà du Temps.

Pose l’oreille

sur ma tombe

ô mon amour de peu de foi

tu entendras

malgré la stridulation

des cigales

mon pouls

battre le siècle.

Sous les hydrangées

ma chair

encore violente

mes iris

de pierres précieuses

le sang d’or dans mes veines

d’un rose amarante

ma bouche

pleine

de royal et d’auguste.

Ici

j’existe bardée d’infinitude

en dépit

des porteurs de noir

et de fleurs.

Le lancement de L’ultime lettre d’amour aura lieu à Québec le 22 mai à la Librairie du Quartier au 1120, avenue Cartier de 16h à 18h30 autour d’un cocktail dinatoire, et le 29 mai à Montréal à la librairie Le Port de tête (262 et 269 avenue Mont-Royal Est) à 18h dans le cadre du lancement collectif des Écrits des Forges aux côtés de : Mario Cyr (Le bain des oiseaux), Marco Geoffroy (Ne tirez pas sur le pianiste), Jean-Guy Lachance (Penser le dehors), Nancy R. Lange (Par la fenêtre) et Alexandre Trudel (La montée des os).

Julie Stanton

Cr. Photo : Régis Mathieu

Au sujet de Julie Stanton :

Julie Stanton est poète et romancière. Née en 1938 à Québec, elle y pratique divers métiers de l’écriture à partir des années 80, dont le journalisme indépendant[1]. Elle fait partie de la délégation des poètes québécoises, qui ont participé en 1997 et 1999 à la « Rencontre Internationale de Poésie féminine Contemporaine de Langue Française », qui s’est déroulée à Paris, sous les auspices des Messagères du poème. Julie Stanton a publié en revues dans Arcade, Estuaire et Le Sabord au Québec, dans Envol en Ontario, dans Les Cahiers Bleus, Midi, Le Temps Parallèle et Lieux d’Être en France. Elle a collaboré à plusieurs anthologies, tant au Québec qu’en France ou au Mexique.

En 2004, Requiem pour rêves assassinés : Hommage à Pablo Neruda[2] est lancé en présence de l’écrivaine à La Chascona[3] et est finaliste en 2005 pour le Prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec. En 2011, Parfaitement le chaos suivi de Élie ma joie est reçu comme « un solide recueil ciselé aux flammes et aux souffrances ». La même année, Carnets de l’Isle-aux-Grues reçoit le Prix du Patrimoine des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches dans la catégorie interprétation et diffusion.

Finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général 2014 dans la catégorie «Poésie» pour Mémorial pour Geneviève et autres tombeaux (2013), Julie Stanton voit Le Bonheur cet illusionniste être publié par Les Écrits des Forges en mars 2017. Son nouveau recueil, L’ultime lettre d’amour, est sorti le 8 mai chez le même éditeur.

[1] Lauréate des Grands Prix des Magazines du Québec en 1992, 1994 et 1995.

[2] Traduit en espagnol par Victor Hugo Ramos et publié en Argentine par Ediciones Botella al Mar sous le titre : Réquiem por sueňos asesinados en septembre 2017.

[3] L’une des maisons-musées dédiées à la mémoire du poète et siège de la fondation Neruda à Santiago, au Chili.

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2019

 

Le salon du livre de Hearst accueille Gabriel Osson

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le salon du livre de Hearst accueille petits et grands du 9 au 11 mai pour sa dixième édition sous la présidence d’honneur de Jean-Marc Dalpé. À cette occasion, Gabriel Osson, auteur de Hubert, Le restavèk, publié aux Éditions David, rencontrera ses lecteurs lors de séances de signature.

Kiosque du RECF :
Jeudi 9 mai: 12h à 13h, 14h à 15h et 19h à 20h
Vendredi 10 mai: 13h à 14h, 15h à 16h et 18h à 19h
Samedi 11 mai: 10h à 11h et 12h à 13h

Kiosque de l’AAOF :

Jeudi 9 mai : 9h à 12h, 13h à 14h, 17h à 19h et  20h à 21h
Vendredi 10 mai : 9h à 13h, 14h à 15h, 16h à 17h, 19h à 21h
Samedi 11 mai : 9h à 10h, 11h  à 12h, 13h à 17h

Le 9 mai dès 21h, Gabriel Osson participera à la soirée « Le Nord revisité en lecture » au Pub Notre-Place de l’Université de Hearst aux côtés de : Joséphine Bacon, Antoine Côté-Legault, Jean-Marc Dalpé, Michelle Deshaies, Hélène Koscielniak et Chloé LaDuchesse.

Mais tout d’abord, après la cérémonie d’ouverture du salon, assistez à 16h45 au lancement du recueil POÈMES DE LA RÉSISTANCE (Éditions Prise de parole), réunissant les textes de 37 auteurs franco-ontariens, dont Gabriel Osson, en réponse aux compressions du gouvernement Ford dans les services en français. Gabriel sera à 7h20 au micro de « Y a pas deux matins pareils » sur les ondes d’Ici Radio-Canada Première pour en parler.

Mot de l’éditeur :

« Le poème, c’est l’acte d’être au monde à part entière, au plus intime de notre vie comme au sein de notre collectivité. Consciemment ou inconsciemment, le destin personnel participe du destin collectif. Ce sont des espaces inséparables. Toute poésie est résistance et maîtresse des lieux, car elle occupe la langue et le langage. Parole surgie de la mémoire et de tant d’inconnu, sa pensée part du cœur. Lucide, le poème cherche à dire l’histoire de nos histoires. »
– Andrée Lacelle, Dire la lumière de notre colère, préface

« Résister », « résistant », « résistante », « résistance » : c’est autour de ces mots nécessaires hier et aujourd’hui que trente-sept poètes de tous les horizons culturels de l’Ontario français créent un recueil qui ne cédera ni à la menace ni au temps.

Cet acte de création s’inscrit dans un mouvement de mobilisation artistique et citoyen face aux attaques du gouvernement Ford à l’encontre de la collectivité franco­-ontarienne. Les poètes, par leurs vers, tiennent tête à l’autorité. Animés d’un sentiment vivace, et à l’instar des matériaux les plus nobles, ils résistent au temps, aux causes de la dissolution et aux limitations de leurs libertés.

Avec les textes de : Angèle Bassolé, Sylvie Bérard, Jean Boisjoli, Hédi Bouraoui, Frédérique Champagne, Nicole V. Champeau, André Charlebois, Éric Charlebois, Tina Charlebois, Margaret Michèle Cook, Antoine Côté Legault, Sonia-Sophie Courdeau, Jean Marc Dalpé, Thierry Dimanche, Daniel Groleau Landry, Brigitte Haentjens, Andrée Lacelle, Gilles Lacombe, Chloé LaDuchesse, Clara Lagacé, Gilles Latour, Louis Patrick Leroux, David Ménard, Blaise Ndala, Gabriel Osson, Michel Ouellette, Catherine Parayre, François B. Pelletier, Pierre Raphaël Pelletier, Stefan Psenak, Pierrot Ross-Tremblay, Paul Ruban, Paul Savoie, Elsie Suréna, Véronique Sylvain, Michel Thérien et Lélia Young.

Gabriel Osson, Agence littéraire Laëns

Gabriel Osson (Cr. Ph. : Christine Bérubé)

À propos de l’auteur :            Gabriel Osson est poète et romancier. Né à Port-au-Prince (Haïti), il vit à Toronto. Il donne des conférences et anime des ateliers d’écriture pour différents publics, que ce soient des retraités ou des jeunes du secondaire dans les écoles de langue française en Ontario lors de la tournée Mordus des mots. Très impliqué dans la francophonie torontoise, il anime l’émission hebdomadaire Franco Découvertes à la radio francophone de Toronto, CHOQ FM 105.1. Ses peintures et sculptures se retrouvent dans des collections privées au Canada, en France et aux États-Unis. Gabriel Osson siège aussi au conseil d’administration de Trees That Feed, un organisme voué à la plantation d’arbres fruitiers dans les Caraïbes et certains pays d’Afrique. Depuis le 9 juin dernier, il est aussi président de l’Association des Auteures et Auteurs de l’Ontario français (l’AAOF).

Agence littéraire LaënsGabriel Osson, Hubert le restavèk

Après deux recueils de poésie, Efflorescences et Envolées, il publie J’ai marché sur les étoiles _ Sept leçons apprises sur le chemin de Compostelle, un récit poétique qui relate son expérience du Camino. Son premier roman, Hubert, le restavèk, publié aux Éditions David lui vaut d’être finaliste au prix Christine-Dumitriu-van-Saanen en 2017 et l’amène à parcourir l’Ontario, le fait inviter au Salon du livre de Bruxelles, à Paris, Haïti, au Québec…

Extrait

Quelques échos dans les médias :

22.06.2017      Nuit blanche « Le récit a toutes les apparences de la réalité. On comprend alors que l’auteur prenne la peine d’écrire que « même si les faits relatés sont basés sur la réalité », les personnages sont fictifs. De plus, tous les droits d’auteur seront remis à deux organisations venant en aide aux restavèks. La volonté est nettement sociale, la littérature étant au service de la cause. Le récit n’en est pas moins captivant : Gabriel Osson brosse un portrait sensible et vivant d’une société aux prises avec des problèmes qui semblent insolubles, mais auxquels certains, comme Hubert, Maria-Helena et d’autres autour d’eux, s’attaquent avec détermination. » [David Lonergan]

06.05.2017      Bookivores     « Bien que le sujet puisse s’apparenter à une soirée orageuse plutôt qu’à un après-midi ensoleillé, ce livre se laisse dévorer en raison de la plume magnifique et colorée de l’auteur. Et Hubert!! Ce jeune garçon est si attachant et démontre une telle grandeur d’âme, qu’on désire rester à ses côtés à travers les pages… le prendre sous notre aile. » [Miss Dupont]

30.04.2017      Les chroniques de Passy      « J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur que j’ai trouvée très réaliste sans en faire de trop. La lecture de ce livre a été très addictive, car je voulais découvrir ce qui allait arriver à Hubert que j’avais pris en affection. » [Pascale]

17.04.2017     Les mille et une pages de LM     « Ce roman est un coup-de-poing, plutôt un coup de cœur. (…) Je vous conseille de lire le roman de Gabriel Osson. Je ferme mon livre en ayant un petit serrement dans la gorge. » [Martine Lévesque]

11.04.2017      L’express     « Le roman regorge de mots, expressions ou phrases en créole. Un manje kwit est un mets préparé d’avance et prêt à emporter. Les tiouls sont des gigolos. Les masisis et les madivinèses sont respectivement les gays et les lesbiennes. Bon Dye bon veut dire Dieu est bon. Ou tande mwen signifie Tu m’entends. He, ti-gason, leve, chef la vle pale avèk ou veut dire Lève-toi garçon, le chef veut te parler. Le style de Gabriel Osson est direct et parfois incisif. Il excelle dans l’art de décrire des situations difficiles. Les mauvais traitements subis par ti-Ibè en sont un bel exemple, tout comme les quelques pages consacrées au tremblement de terre. » [Paul-François Sylvestre]

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2019