Mots-clés

, , , , , , , , , , , ,

to beLa plupart des experts s’accordent à dire que quand il s’agit de l’écriture de fiction, aucune règle n’est coulée dans le béton. Certaines directives cependant sont si évidentes que rares sont les écrivains qui se risqueraient à les contester. Respectez celles-ci.

 

1. Aimez le processus d’écriture

Si vous voulez devenir un écrivain professionnel, vous feriez mieux d’adorer le processus d’écriture. Cela ne veut pas dire que vous n’aurez pas de doutes, ni de craintes. Cela signifie que, malgré ces hésitations, vous allez tout de même vous asseoir et écrire. Si écrire est douloureux pour vous, pourquoi persister ?

2. Lisez beaucoup

« Tout écrivain est d’abord un lecteur. C’est parce qu’il a tant aimé lire qu’il a voulu écrire et c’est d’abord pour lire qu’on écrit. On écrit le livre qu’on aimerait bien lire mais qu’on ne trouve pas. […] Ne jamais oublier que le cœur de l’affaire c’est le plaisir. » — Dany Laferrière

Si vous ne lisez pas, pourquoi voulez-vous écrire ? Les meilleurs écrivains ne limitent pas leurs lectures à un seul genre. Les artistes ont besoin de découvrir le travail d’autres artistes, dont ils peuvent apprendre quelque chose, voire s’inspirer.

3. Persévérez

La principale différence entre les auteurs à succès et les écrivains en herbe n’est pas le talent, c’est la persévérance. Ils terminent ce qu’ils ont commencé. Créez un calendrier d’écriture qui fonctionne pour vous et respectez-le.

4. Soyez critique avec votre travail

Nombre d’écrivains vivent avec l’espoir qu’un jour ils vont lire ce qu’ils ont écrit et ne pas vouloir le déchirer. La mauvaise nouvelle, c’est qu’au fur et à mesure que vous vous améliorez, vous devenez plus critique par rapport à votre travail. Plus vous en savez, moins vous pouvez tolérer la mauvaise écriture (la vôtre ou celle des autres). La bonne nouvelle, c’est que votre capacité critique va vous aider à vous améliorer. Vous allez apprendre à rejeter le prévisible, à tonifier le style, la structure et vos personnages.

5. Agissez en professionnel

Chaque fois que vous traitez avec d’autres professionnels, comme les agents et les éditeurs, vous devez agir de la même façon que pour un entretien d’embauche, et présenter une attitude professionnelle. Ceci est particulièrement important dans les lettres de présentation et la préparation du manuscrit.

Tout d’abord, relisez votre texte pour vérifier la grammaire, la ponctuation et l’orthographe. C’est un minimum. Relisez-le encore. Êtes-vous certain que le début est accrocheur ? Combien de fois me dit-on « Mais vous allez voir. Cela s’améliore au fil du roman » ? Dans ce cas, si vous savez que votre début n’est pas à la hauteur, pourquoi ne le modifiez-vous pas avant de le présenter ? Après des mois de travail acharné à écrire et perfectionner votre roman, ce serait dommage qu’il soit rejeté parce que vous n’avez pas pris la peine de retravailler le début. Non ?

Deuxièmement, utilisez le bon format. Évitez les polices de fantaisie. Utilisez des marges normales. Vous trouverez la fonction « marges normales » dans le volet « mise en page » de Word. Ne concevez pas votre propre couverture. Paginez correctement votre manuscrit.

Une lettre d’accompagnement, ça se travaille. Elle inclut un bref résumé de votre manuscrit (un à trois paragraphes) et quelque chose sur vous qui est en rapport avec votre écrit. Évitez de vous vanter : «Cela va rapporter des millions de dollars» ou «Le monde n’a jamais vu un roman comme ça avant ». C’est rédhibitoire.

Suivez les consignes données par les éditeurs et les agents sur leurs sites Internet. Certains souhaitent recevoir les manuscrits par la poste, d’autres par courriel. Parmi les premiers, il y a des adeptes du manuscrit relié et d’autres qui ne veulent aucune reliure. On vous demande un synopsis ? Faites un synopsis. On vous demande une fiche biographique ? Envoyez une fiche biographique.

  ___________________________________________

Même si vous suivez ces consignes, il se peut que votre manuscrit soit refusé. L’histoire de la littérature regorge d’exemples d’écrivains connus qui ont vu certains de leurs écrits rejetés par un agent, un éditeur, voire plusieurs. Et si le même manuscrit ne cesse d’être rejeté pour la même raison, retravaillez-le avec un professionnel si nécessaire. Lire à ce sujet : Les fameuses lettres de refus.

©Agence Littéraire Laëns 2013

Advertisements