Mots-clés

, , , , , , ,

bonhomme dialogueLe dialogue est fondamentalement une conversation. Vos personnages se parlent entre eux. Ils devraient ressembler à de vraies personnes. Cela pourrait signifier que tout ce que vous devez faire est de transcrire la conversation des gens. Malheureusement, ce n’est pas aussi simple que cela, ou plutôt heureusement : les dialogues sont moins compliqués à écrire. Une véritable conversation peut ressembler à ceci:

_ Euh, Jim, as-tu entendu la dernière chose, sur, quel est son nom, tu le sais, euh, je veux dire le gars qui est partout aux nouvelles…
_ Ce bar est nul. Eh bien, je suis trop occupé ces derniers temps, toutes les demandes d’emploi et tout…
_ Merde, c’est un politicien, oh mon Dieu, pourquoi je ne peux pas me souvenir de son nom, comme, il est genre vraiment célèbre, je veux dire, euh, tu sais?
_ Euh, Euh.
Pause. Une toux.

_ Il se cache, tu sais qui je veux dire, euh, il a une-merde.
_ Bien sûr, c’est facile pour ces gars-là, ils sont tous millionnaires. Eh bien, où est la serveuse?
_ Mmm.

Même dans une transcription directe qui ressemble à celle-ci, vous ne pouvez pas indiquer l’endroit où les deux personnages parlent en même temps, où les voyelles traînent, et ainsi de suite. Par ailleurs, dans la vraie vie, vous entendez la mélodie de la voix d’une personne, vous voyez son langage corporel, et ainsi vous pouvez sentir toutes les hésitations beaucoup mieux que quand vous lisez la transcription sur papier. Vous ne pouvez pas reproduire la parole réelle. Vous pouvez en écrire quelque chose d’approchant, mais votre dialogue devrait être plus rapide et plus direct que la parole réelle.

Le dialogue doit transmettre un sentiment de spontanéité, mais éliminez les répétitions qui émaillent le vrai parler. Il peut être efficace d’utiliser des expressions comme : machin, ou je veux dire, etc… pour donner du réalisme et de la spontanéité au dialogue et marquer des hésitations qui dénotent un moment psychologique significatif. Mais utilisez-les avec modération.

Par ailleurs, votre personnage n’a pas besoin de parler sauf s’il a un renseignement qui doit être transmis. La difficulté consiste à trouver le juste équilibre entre le réalisme et l’économie de parole.

Pour rendre le dialogue réaliste, créez une voix distincte pour chaque personnage. Par son vocabulaire, vous révélez la région d’origine d’un personnage, la classe, l’éducation, et le style de pensée (logique, impulsif, rancunier, etc…)

Donnez à chaque personnage une voix avec un niveau distinctif de vocabulaire. Certains parleront par fragments, d’autres feront des phrases complètes; certains utiliseront l’argot, d’autres un jargon professionnel, d’autres encore s’exprimeront en français standard…, le tout dans les limites raisonnables du genre d’histoire que vous écrivez. Où puisez-vous la voix de vos personnages ? Écoutez. Rappelez-vous. Si vous en avez besoin, enregistrez. Certaines personnes ont de la chance parce qu’elles se souviennent des sons plutôt que des images. Le son fait plus que compenser le déficit d’image. Si vous utilisez le mot juste, le lecteur entendra la phrase dans sa tête et verra le personnage.

Advertisements