Julie Stanton au Tremplin d’actualisation de poésie

Mots-clés

, , , , , , , , , , ,

Pour son premier rendez-vous après les vacances d’été, le Tremplin d’actualisation de poésie vous invite à écouter Marcel Méthot, Maude Poissant et Julie Stanton vendredi 14 septembre dès 20h. La soirée sera animée par André Marceau.

Quand ? Le 14 septembre de 20h à 23h

Où ? Au Tam Tam Café

421, Boulevard Langelier Québec G1K 3E3

Entrée libre

Julie Stanton

Cr. Photo : Régis Mathieu

Finaliste en 2014 aux Prix littéraires du Gouverneur général du Canada, Julie Stanton a un penchant pour la poésie lyrique mais violente, emplie d’espérance mais lucide, profonde mais limpide. Née à Québec en 1938, elle vient à l’écriture en 1980. Depuis, elle poursuit son projet de dire la Vie. Comme on regarde le monde. Comme on voudrait qu’il soit. Comme on aimerait avoir le temps…

Les Vendredis de poésie présentent des rencontres en poésie sous le signe de la convivialité, animées de façon simple mais spontanée, parfois drolatique et souvent inattendue. Comme le veut la tradition au TAP, la première partie avec des poètes invités est suivie d’une scène libre.

>>>Avis aux poètes : scène libre!<<<<<<
Venez donner vie à la scène dans vos mots et par votre présence (en lecture, en interprétation ou en performance)! Inscription à compter de 19 h 30. Arrivez tôt pour vous assurer une place. Les prestations sont limitées à 3 minutes.

 

Le Tremplin d’actualisation de poésie (TAP) – en partenariat avec le Centre communautaire Jacques-Cartier (CJC) et l’Espace Tam Tam, et avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec ainsi que de la Ville de Québec – présente les Vendredis de poésie – le rendez-vous poétique de Québec, chaque deuxième vendredi du mois depuis 1998.

 

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

 

Image

Gabriel Osson au Carrefour d’écrivains et d’écrivaines

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’Institut canadien-français d’Ottawa (ICFO) invite le public à son Carrefour d’écrivains et d’écrivaines (87 rue York, Ottawa), le dimanche 2 septembre 2018, de 11h à 15h30. Gabriel Osson, auteur de Hubert, le restavèk, fait partie de la vingtaine d’écrivains qui seront sur place pour présenter leurs livres, signer des dédicaces et discuter avec les bibliophiles et les futurs auteurs.

À 13h15, Gabriel Osson (lecture) et Daniel Groleau-Landry (poésie et guitare) uniront leurs talents pour vous offrir des lectures musicales.

À 14h, Éric Charlebois, André Charlebois, Tina Charlebois et Gabriel Osson animeront une table ronde sur la poésie : « Et si le cœur avait son cortex? » On évoque souvent les auteures et auteurs de la relève; mais qu’en est-il du public de la relève ? Quels sont les enjeux en fonction desquels et les moyens par lesquels on peut permettre l’incursion de la poésie dans la salle de classe et auprès d’un grand public qui connaît peu le genre ? Inversement, comment le jeune public et le nouveau public, en pleine quête identitaire à plusieurs égards et en quête d’appartenance, peuvent-il accéder à la poésie ?

Gabriel OssonÀ propos de l’auteur :            Gabriel Osson est poète et romancier. Né à Port-au-Prince (Haïti), il vit à Toronto. Il donne des conférences et anime des ateliers d’écriture pour différents publics, que ce soient des retraités ou des jeunes du secondaire dans les écoles de langue française en Ontario lors de la tournée Mordus des mots. Très impliqué dans la francophonie torontoise, il anime l’émission hebdomadaire Franco Découvertes à la radio francophone de Toronto, CHOQ FM 105.1. Ses peintures et sculptures se retrouvent dans des collections privées au Canada, en France et aux États-Unis. Gabriel Osson siège aussi au conseil d’administration de Trees That Feed, un organisme voué à la plantation d’arbres fruitiers dans les Caraïbes et certains pays d’Afrique. Depuis le 9 juin dernier, il est aussi président de l’Association des Auteures et Auteurs de l’Ontario français (l’AAOF).

Agence littéraire LaënsAprès deux recueils de poésie, Efflorescences et Envolées, il publie J’ai marché sur les étoiles _ Sept leçons apprises sur le chemin de Compostelle, un récit poétique qui relate son expérience du Camino. Son premier roman, Hubert, le restavèk, publié aux Éditions David lui vaut d’être finaliste au prix Christine-Dumitriu-van-Saanen en 2017 et l’amène à parcourir l’Ontario, le fait inviter au Salon du livre de Bruxelles, à Paris, Haïti, au Québec…

Extrait

 

Quelques échos dans les médias :

22.06.2017      Nuit blanche « Le récit a toutes les apparences de la réalité. On comprend alors que l’auteur prenne la peine d’écrire que « même si les faits relatés sont basés sur la réalité », les personnages sont fictifs. De plus, tous les droits d’auteur seront remis à deux organisations venant en aide aux restavèks. La volonté est nettement sociale, la littérature étant au service de la cause. Le récit n’en est pas moins captivant : Gabriel Osson brosse un portrait sensible et vivant d’une société aux prises avec des problèmes qui semblent insolubles, mais auxquels certains, comme Hubert, Maria-Helena et d’autres autour d’eux, s’attaquent avec détermination. » [David Lonergan]

06.05.2017      Bookivores     « Bien que le sujet puisse s’apparenter à une soirée orageuse plutôt qu’à un après-midi ensoleillé, ce livre se laisse dévorer en raison de la plume magnifique et colorée de l’auteur. Et Hubert!! Ce jeune garçon est si attachant et démontre une telle grandeur d’âme, qu’on désire rester à ses côtés à travers les pages… le prendre sous notre aile. » [Miss Dupont]

30.04.2017      Les chroniques de Passy      « J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur que j’ai trouvée très réaliste sans en faire de trop. La lecture de ce livre a été très addictive, car je voulais découvrir ce qui allait arriver à Hubert que j’avais pris en affection. » [Pascale]

17.04.2017     Les mille et une pages de LM     « Ce roman est un coup-de-poing, plutôt un coup de cœur. (…) Je vous conseille de lire le roman de Gabriel Osson. Je ferme mon livre en ayant un petit serrement dans la gorge. » [Martine Lévesque]

11.04.2017      L’express     « Le roman regorge de mots, expressions ou phrases en créole. Un manje kwit est un mets préparé d’avance et prêt à emporter. Les tiouls sont des gigolos. Les masisis et les madivinèses sont respectivement les gays et les lesbiennes. Bon Dye bon veut dire Dieu est bon. Ou tande mwen signifie Tu m’entends. He, ti-gason, leve, chef la vle pale avèk ou veut dire Lève-toi garçon, le chef veut te parler. Le style de Gabriel Osson est direct et parfois incisif. Il excelle dans l’art de décrire des situations difficiles. Les mauvais traitements subis par ti-Ibè en sont un bel exemple, tout comme les quelques pages consacrées au tremblement de terre. » [Paul-François Sylvestre]

 

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

Julie Stanton, invitée du Cercle Gabriel García-Márquez

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , ,

Julie Stanton invitée du cercle Gabriel Garcia-Marquez

Dans le cadre du 45e anniversaire de la mort de Pablo Neruda et en collaboration avec l’Institut Canadien du Québec, le Cercle Gabriel García-Márquez reçoit la poète Julie Stanton pour une lecture bilingue de Requiem pour rêves assassinés : Hommage à Pablo Neruda (Éditions Les Heures bleues).

Quand ? Le 4 septembre de 20h à 22h

Où ? À l’auditorium de la Bibliothèque Paul-Aimé Paiement

7950, 1ère Avenue Québec G1H 2Y4

Prix d’entrée : 15$

Pour la billetterie, cliquez ici.

     Le 4 septembre dès 20h, en marge de la célébration du 45e anniversaire de la mort de Pablo Neruda et du 10e anniversaire du Cercle Gabriel García-Márquez, assistez à une lecture bilingue, en français et en espagnol, de textes choisis par la poète de Requiem pour rêves assassinés : Hommage à Pablo Neruda et en musique, avec le groupe colombien « Tierra del fuego. » Julie Stanton lira les extraits en français, tandis que Victor H. Ramos fera la lecture en espagnol.

Julie Stanton, Agence littéraire Laëns

Publié en 2004 par les Éditions Les heures bleues, Requiem pour rêves assassinés : hommage à Pablo Neruda a été finaliste au Prix de poésie Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec et a valu à Julie Stanton d’être reçue à La Chascona (maison-musée de Pablo Neruda à Santiago du Chili). En 2018, il est traduit par Victor H. Ramos et publié aux éditions Botella al Mar sous le titre : Réquiem por sueňos asesinados : Homenaje a Pablo Neruda.

Le mot de l’éditeur : Durant la nuit du 31 décembre 1999, alors que partout sur la planète on fête l’arrivée du troisième millénaire, une centenaire est assaillie par des images de son siècle et, à travers celles-ci, par les images de femmes et d’hommes dont la destinée l’a marquée, notamment Louise Michel, Marie Curie, Gaston Miron, Pauline Julien. Traînant dans son sillage leurs existences qu’elle s’approprie, interpellant la figure et l’œuvre du grand poète chilien Pablo Neruda qui aurait eu 100 ans le 12 juillet 2004, elle célèbre leurs espoirs et pleure leurs rêves assassinés dans un vibrant Requiem où est évoqué aussi le sort de multiples exclus de la Terre. Adoptant l’écriture du chant poétique qui a donné forme à La Passante de Jérusalem, Julie Stanton nous convie à une traversée empreinte de gravité, accrochant ici et là quelques fables fantaisistes sur des vertus et des qualités qui cherchent encore leur vérité. Le texte est illustré par de très belles photographies de Régis Mathieu.

Ce qu’ils en ont dit :

Mars 2005    Présentation à La Chascona, maison-musée de Pablo Neruda, à Santiago/Chili : « Nous célébrons qu’une poétesse du Nord de l’Amérique, à une distance si grande des volcans, des pierres, des fleuves, qui nourrissent l’œuvre de Neruda, à une telle distance des Indiens, des mineurs et des paysans pauvres, à une telle distance du réalisme magique de l’Amérique du Sud, ait su capter les racines de l’humanisme nérudien, et soit arrivée à partager son invitation à s’engager du côté du peuple innombrable et ses luttes plus que séculaires. » [Luis Alberto Mansilla]

07.08.04       Le Devoir : « D’une belle construction, entre la fresque musicale et le récit, ce chant des morts est aussi un appel à combattre la noirceur qui nous entoure, celle qui tua les Lorca et les Neruda, celle qui décime les populations. » [Thierry Bissonnette]

19.08.04       Voir : « Dans ce chant poétique, Julie Stanton rend un hommage poignant au poète chilien. L’écrivaine québécoise mêle à sa poésie les vers de cet homme profondément engagé dans son temps, qui fit entendre son cri de révolte dans le monde entier. Neruda accompagne la centenaire dans ses va-et-vient entre l’hier, l’instant, dans un tortueux « passé décomposé au présent ». Au bord de la vie, sur le seuil de la mort, Neruda est son pont entre deux mondes : « Et t’avoir lu/Pablo Neruda / rend moins navrant/le fait de partir,/manifestement. / Tù tambien estàs lejos, ah màs lejos que nadie. / Oui/toi aussi tu es loin, ah plus loin que personne. / Du côté de la vérité/qui n’est pas ici« . La vérité, voilà ce qui seul compte en cette heure de bilan, en cette heure du jugement. Une voix sortie de nulle part brise le silence de la solitude et vient, comme un refrain, poser à la centenaire ses ultimes questions : « Mortelle, où vas-tu? Mortelle, que quittes-tu? Mortelle, que souhaites-tu? » La « singulière Mortelle aux identités plurielles » remonte le fil de sa longue vie. Témoin de tout un siècle, elle s’immisce dans la conscience des hommes et des femmes qui l’habitent, parcourt leurs destins maudits, célèbre leurs combats et pleure leurs rêves assassinés. Énigmatiques jeux de miroirs, qui renvoient à une même tragédie. Voix empreintes de gravité, qui font écho au chaos du monde. (…) Prière des morts dédiée aux femmes qui ne désespèrent pas de rêver, Requiem pour rêves assassinés est un chant à la fois charnel et incantatoire, rempli d’émotion et de gravité. L’évocation des souvenirs de cette femme et de ses incertitudes face à la mort place le lecteur au centre de ses joies, de ses désillusions, de ses angoisses. Les photographies de Régis Mathieu et quelques fables allégoriques sur des concepts aussi vastes que le bonheur ou la haine viennent ponctuer le chant, qui acquiert une valeur universelle. Julie Stanton signe une œuvre d’une grande beauté. » [Marie Dormoy]

 

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

 

Bouquins & Confidences : Marie-Pierre Laëns, fondatrice de l’Agence Littéraire Laëns

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Lundi dernier, Julie Collin m’a donné l’occasion de parler au micro de « Bouquins et Confidences » à CKRL de mon métier et de présenter les services que j’offre en tant qu’agent littéraire. Voici un résumé de notre rencontre et aussi deux liens pour écouter l’émission.

Julie lit au lit

Bouquins &amp; Confidences #7 : Marie-Pierre Laëns, fondatrice de l'Agence Littéraire Laëns.

[ + Audio 🎙 ] J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Marie-Pierre Laëns, fondatrice de l’Agence Littéraire Laëns, pendant environ une heure à l’émission Bouquins & Confidences. Dans cet article, je vous résume les grandes lignes de notre entretien et vous offre d’écouter l’émission en différé.

View original post 2 864 autres mots

Le Montcalm de Julie Stanton à La Promenade des écrivains

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La Promenade des écrivains

Vous avez envie de visiter Québec, ville de littérature UNESCO, autrement ? En juillet, La Promenade des écrivains offre au grand public cinq parcours littéraires. (Re)découvrez le Vieux-Québec, les quartiers Montcalm, Limoilou et Saint-Sauveur, par les textes de vingt-cinq auteurs québécois !

 

Si vous souhaitez parcourir « Montcalm, souvenirs d’hier et d’aujourd’hui », vous aurez la chance de découvrir notamment un texte inédit de Julie Stanton qui pose un regard à la fois extérieur et intérieur sur le Sacré qui l’entoure au sein de ce quartier.

Quand ? Dimanche 8 juillet, de 10 h 30 à 12 h 30

Départ : 860, rue Père-Marquette (coin avenue de Lévis et rue Père-Marquette), Québec

Neuf écrivains du quartier racontent la douceur d’y vivre : Guy Boivin, Esther Croft, Christine Eddie, Hans Jürgen Greif, Jean Lemieux, Claire Martin, André Ricard et Julie Stanton.

 

Julie Stanton _ Cr. Photo : Régis Mathieu

Julie Stanton est poète et romancière. Née en 1938 à Québec, elle y pratique divers métiers de l’écriture depuis 40 ans.

En 2004, Requiem pour rêves assassinés : Hommage à Pablo Neruda[3] est lancé en présence de l’écrivaine à La Chascona[4] et est finaliste en 2005 pour le prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec. En 2011, Parfaitement le chaos suivi de Élie ma joie est reçu comme « un solide recueil ciselé aux flammes et aux souffrances. » La même année, Carnets de l’Isle-aux-Grues reçoit le Prix du Patrimoine des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches dans la catégorie interprétation et diffusion. Finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général 2014 dans la catégorie « Poésie » pour Mémorial pour Geneviève et autres tombeaux (2013), Julie Stanton nous a offert un nouvel opus, Le Bonheur cet illusionniste, paru aux Écrits des forges en mars 2017.

 

Pour de plus amples informations sur la diversité des parcours proposés et leur calendrier, cliquez ici.

  • Tous les parcours sont animés par l’écrivaine Marie-Ève Sévigny, directrice de la programmation.
  • Sur réservation : 418 641-6797
  • Tarif : 20 $

La Promenade des écrivains est présentée en collaboration avec La Maison de la littérature.

 

[3] traduit en espagnol et publié en Argentine par Ediciones Botella al Mar sous le titre : Réquiem por sueňos asesinados en septembre 2017.

[4] l’une des maisons-musées dédiées à la mémoire du poète et siège de la fondation Neruda à Santiago, au Chili.

 

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

La quête du miel au Festival Off d’Avignon

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La quête du miel, L'équipage de l'antilope

La quête du miel
Cr. Ph. : Humphrey Vidal

Pour une deuxième année consécutive, le Festival Off d’Avignon accueille « L’équipage de l’Antilope » et son spectacle familial (à partir de 8 ans), La quête du miel.

Où ? Au Théâtre des Barriques

Quand ? Du 6 au 29 juillet à 14h40 (relâches les 10, 17 et 24 juillet)

Synopsis :           Dans une étrange vallée peuplée essentiellement par des ours, les jours s’enchaînent un peu à la manière des nôtres : la journée, on pêche des poissons ; le soir, on se détend en mangeant des fraises sauvages et, la nuit, on dort dans des grottes. Certains rêvent tout de même d’autre chose: on raconte qu’il existerait un mets que l’on appelle le miel, qu’il serait gardé par de nombreuses et redoutables abeilles, et qu’il ferait voir à celui qui en mange, les vraies couleurs du monde. Après avoir vu son Pauvre Papa Ours rêver au miel toute sa vie sans avoir le courage d’aller le chercher, Petit Ourson se lance dans l’aventure.

La quête du miel s’inscrit dans la tradition de la métaphore avec une structure d’écriture omniprésente dans les contes et mythes, « le voyage du héros. » Il s’agit d’un voyage intérieur, d’une découverte de soi à travers les étapes du développement personnel de Petit Ourson.

Texte écrit et joué par Alexandre Beaulieu, mise en scène : Pierre Alfred Eberhard, scénographie : Humphrey Vidal, voix : Jean Burucoa, et musique : Thibault Marchal

Alexandre Beaulieu, auteur

Alexandre Beaulieu

L’auteur :            Alexandre Beaulieu se forme aux cours Simon, au conservatoire du XIe arrondissement, à l’École du Jeu ainsi qu’aux ateliers de Fabrice Eberhard. Dès sa formation, il fait ses débuts sur les planches avec une création collective, Massacre à Paris, adaptée de la pièce inachevée de C. Marlowe qui se joue en finale du concours du théâtre 13, ainsi qu’au théâtre de Vanves. Il entre ensuite dans la compagnie de Jean-Philippe Daguerre « Le grenier de Babouchka » avec qui il travaille dans plusieurs pièces, dont « Le Malade imaginaire » joué de 2015 à 2017 au Théâtre Michel. En parallèle, il écrit des poèmes, des contes et des pièces de théâtre.

En 2014, Alexandre Beaulieu monte la compagnie « L’équipage de l’Antilope » aux côtés de Pierre Alfred Eberhard. Ils créent leur premier spectacle « La porte et le petit tailleur de pierre », un ensemble de deux contes écrits et joués par Alexandre, mis en scène par Pierre Alfred, présenté au Festival Off d’Avignon 2016. En février 2016, ils montent au théâtre La friche, « Le Pari », une pièce écrite par Alexandre, librement inspirée d’une nouvelle d’Anton Tchékhov, puis en août 2016, après une résidence dans le même théâtre, une lecture musicale dessinée autour du roman Les carnets de Malte Laurids Brigge de Rilke avec le groupe Vendège, le dessinateur Humphrey Vidal et le comédien Jean Burucoa. En février 2017 est créé le spectacle « La quête du miel »[1], texte écrit et joué par Alexandre Beaulieu, mis en scène par Pierre Alfred Eberhard, dont Humphrey Vidal signe la scénographie, Jean Burucoa les voix, et Thibault Marchal la musique. « La quête du miel » enthousiasme tant le public que la critique et sera à nouveau joué au Festival d’Avignon du 6 au 29 juillet 2018 au Théâtre des Barriques.

Quelques échos dans les médias :

20/11/2017 Télérama : « La profondeur du conte effleure et touche au cœur. » [Françoise Sabatier-Morel, TTT On aime passionnément]

30/07/2017 Théâtrorama : « Une traversée sensible, nuancée et poétique qui questionne subtilement l’enfance avec un grand « E ». Émouvant, essentiel. » [Laura Lalande]

24/07/2017 La Provence : « Une création comme on les aime de l’histoire à la mise en scène, les notes de fraîcheur et de poésie habille tout en tendresse la trame de [La quête du miel]. » [Maïté Michel]

17/07/2017 Vaucluse matin : « Une jolie histoire qui s’adresse aux enfants mais aussi aux parents. Une réflexion sur le rapport au père, sur l’identité et l’expérience personnelle. » [Annie Lellouch]

[1] Toujours avec « L’équipage de l’Antilope. »

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

Gabriel Osson élu président de l’AAOF

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Gabriel Osson, président de l'AAOF

Lors de l’Assemblée générale annuelle du samedi 9 juin, Gabriel Osson a été élu président de l’Association des Auteures et Auteurs de l’Ontario français (l’AAOF) pour deux ans.

 Qu’est-ce que l’AAOF? L’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français interagit avec le milieu artistique et culturel, de même qu’avec les élus, ministères, agences gouvernementales et organismes poursuivant des objectifs de nature à favoriser ses membres et leurs œuvres afin de bâtir un secteur littéraire plus fort. Au besoin, elle se fait porte-parole pour s’assurer que ses membres et leurs écrits sont reconnus à leur juste valeur.

            Gabriel Osson est poète et romancier. Né à Port-au-Prince (Haïti), il vit à Toronto. Il donne des conférences et anime des ateliers d’écriture pour différents publics, que ce soient des retraités ou des jeunes du secondaire dans les écoles de langue française en Ontario lors de la tournée Mordus des mots. Très impliqué dans la francophonie torontoise, il anime l’émission hebdomadaire Franco Découvertes à la radio francophone de Toronto, CHOQ FM 105.1. Ses peintures et sculptures se retrouvent dans des collections privées au Canada, en France et aux États-Unis. Gabriel Osson siège aussi au conseil d’administration de Trees That Feed, un organisme voué à la plantation d’arbres fruitiers dans les Caraïbes et certains pays d’Afrique.

Après deux recueils de poésie, Efflorescences et Envolées, il publie J’ai marché sur les étoiles _ Sept leçons apprises sur le chemin de Compostelle, un récit poétique qui relate son expérience du Camino. Son premier roman, Hubert, le restavèk, publié aux Éditions David lui vaut d’être finaliste au prix Christine-Dumitriu-van-Saanen en 2017 et l’amène à parcourir l’Ontario, le fait inviter au Salon du livre de Bruxelles, à Paris, Haïti, au Québec…

 

Extrait

 

 

Quelques échos dans les médias :

22.06.2017      Nuit blanche « Le récit a toutes les apparences de la réalité. On comprend alors que l’auteur prenne la peine d’écrire que « même si les faits relatés sont basés sur la réalité », les personnages sont fictifs. De plus, tous les droits d’auteur seront remis à deux organisations venant en aide aux restavèks. La volonté est nettement sociale, la littérature étant au service de la cause. Le récit n’en est pas moins captivant : Gabriel Osson brosse un portrait sensible et vivant d’une société aux prises avec des problèmes qui semblent insolubles, mais auxquels certains, comme Hubert, Maria-Helena et d’autres autour d’eux, s’attaquent avec détermination. » [David Lonergan]

06.05.2017      Bookivores     « Bien que le sujet puisse s’apparenter à une soirée orageuse plutôt qu’à un après-midi ensoleillé, ce livre se laisse dévorer en raison de la plume magnifique et colorée de l’auteur. Et Hubert!! Ce jeune garçon est si attachant et démontre une telle grandeur d’âme, qu’on désire rester à ses côtés à travers les pages… le prendre sous notre aile. » [Miss Dupont]

30.04.2017      Les chroniques de Passy      « J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur que j’ai trouvée très réaliste sans en faire de trop. La lecture de ce livre a été très addictive, car je voulais découvrir ce qui allait arriver à Hubert que j’avais pris en affection. » [Pascale]

17.04.2017     Les mille et une pages de LM     « Ce roman est un coup-de-poing, plutôt un coup de cœur. (…) Je vous conseille de lire le roman de Gabriel Osson. Je ferme mon livre en ayant un petit serrement dans la gorge. » [Martine Lévesque]

11.04.2017      L’express     « Le roman regorge de mots, expressions ou phrases en créole. Un manje kwit est un mets préparé d’avance et prêt à emporter. Les tiouls sont des gigolos. Les masisis et les madivinèses sont respectivement les gays et les lesbiennes. Bon Dye bon veut dire Dieu est bon. Ou tande mwen signifie Tu m’entends. He, ti-gason, leve, chef la vle pale avèk ou veut dire Lève-toi garçon, le chef veut te parler. Le style de Gabriel Osson est direct et parfois incisif. Il excelle dans l’art de décrire des situations difficiles. Les mauvais traitements subis par ti-Ibè en sont un bel exemple, tout comme les quelques pages consacrées au tremblement de terre. » [Paul-François Sylvestre]

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

Nicolas Paquin, invité d’honneur au 9e Festival BD-livre jeunesse de Coutances

Mots-clés

, , , , , , , , , , ,

Nicolas Paquin (Cr. Photo : Nathalie Paradis)

Actuellement en tournée en France, Nicolas Paquin, lauréat du prix Philippe-Aubert-de-Gaspé pour la trilogie « Les volontaires » et du prix CALQ-Chaudière-Appalaches dans la catégorie « œuvre de l’année » pour Combattre dans l’ombre, sera invité d’honneur au 9e festival de bande dessinée et du livre jeunesse de Coutances « Le manchot bulleur » en Basse-Normandie (France).

 

Pour la 2e année consécutive, Nicolas Paquin est accueilli en France. Invité à titre de conférencier, l’année dernière, par la Maison du Québec à Saint-Malo, Nicolas Paquin avait présenté ses œuvres à Dieppe, Coutances et Courseulles-sur-Mer. Cette année, il sera invité d’honneur au 9e festival de bande dessinée et du livre jeunesse de Coutances « Le manchot bulleur » du 8 au 9 juin, avant de rejoindre le Centre Juno Beach (Courseulles-sur-Mer) le 10 juin.

En marge des activités organisées pour ses 15 ans d’existence, le Centre Juno Beach accueillera aussi Nicolas Paquin et sa trilogie « Les volontaires » (Du Phoenix Éditions) le dimanche 10 juin dès 15h pour une rencontre-signature.

Pour suivre Nicolas Paquin dans son périple, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur la rencontre du 10 juin, cliquez ici.

L’auteur :

Originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Nicolas Paquin a déjà 9 livres à son actif. En 2010, Il remporte le concours Un Pont, une légende[1] avec « Mathias et Félicité » et publie deux romans[2]. De 2010 à 2013, il signe une chronique hebdomadaire dans Le Canada Français et en 2011, on le sollicite pour écrire Haut-Richelieu Atours & Alentours[3]. Il reçoit l’année suivante une bourse du Conseil des Arts des Lettres du Québec pour le recueil de légendes urbaines, Ce qu’il ne faut pas dire[4].

En 2013, Nicolas Paquin publie un suspense ados/adultes, Piégés, aux Éditions du Phoenix[5]. De 2014 à 2016, il plonge dans le roman d’aventures historique, fort de sa rencontre avec des vétérans de la Seconde Guerre mondiale. Il leur rend hommage dans sa trilogie Les Volontaires[6], pour laquelle il bénéficie d’une bourse du Conseil des Arts du Canada. En 2017, Combattre dans l’ombre reçoit le prix CALQ-Chaudière-Appalaches dans la catégorie « œuvre de l’année. » À l’automne, on lui décerne le prix Philippe-Aubert-de-Gaspé pour sa trilogie Les volontaires et sa contribution à la littérature et à l’histoire du Québec. En octobre 2017, Nicolas Paquin renoue avec le policier pour Après-bal[7]. Le 29 mai 2018, il reçoit des mains du maire de Berneval la médaille de la commune.

La trilogie « Les volontaires »

Résumé : Voici l’histoire d’un adolescent rêveur et passionné d’aviation. Son parcours le mènera des rues de Québec jusque dans le ciel de France à travers une série d’aventures où s’entrecroisent l’entraînement, l’espionnage, les amours de guerre et la mort. Éditions du Phoenix lancent le premier roman d’une nouvelle série portant sur la Seconde Guerre mondiale. Cette série présente le destin de jeunes soldats qui ont choisi de sacrifier leur vie pour aller combattre la menace nazie durant le plus grand conflit du vingtième siècle. Les trois volumes couvriront les années 1941 à 1945.

Pour lire un extrait, cliquez ici.

 

 

Résumé : En 1942, l’Allemagne d’Adolf Hitler domine l’Europe et étend ses armées sur l’Afrique et la Russie. En France occupée, les résistants soutiennent soldats et civils menacés au péril de leur vie. Pendant ce temps, en Angleterre, les Alliés préparent la grande offensive. En attendant le jour J, Henri Léveillé, dont l’avion s’est écrasé derrière les lignes ennemies, tente de rejoindre les siens. Son frère Émery, s’est promis de le sauver.

Combattre dans l’ombre est le deuxième tome de la série Les Volontaires. L’auteur Nicolas Paquin amène ses lecteurs dans l’univers angoissant de la Résistance. Ses personnages croisent la vie de héros et de scélérats qui ont marqué pour toujours les heures sombres du plus grand conflit du 20e siècle.

Pour lire un extrait, cliquez ici.

 

Résumé : Le 6 juin 1944, le rideau se lève sur le Débarquement de Normandie. Les acteurs de ce grand déploiement sont des adolescents, des jeunes volontaires dont le rôle sera déterminant pour la libération de l’Europe. Principaux acteurs du dernier acte de la Seconde Guerre mondiale, ils feront preuve d’un courage sans précédent faisant d’eux de véritables héros.

Dans Théâtre de guerre, le dernier tome de la série « Les Volontaires », l’auteur nous présente des personnages attachants, authentiques, véridiques. La guerre fait naître des liens incompatibles au départ, et l’amitié qui se développe entre Émery et Matthaus est pleine de sagesse. Ainsi se terminent les heures sombres du plus grand conflit du 20e siècle.

Vous voulez en savoir plus ? Visitez le site Internet de Nicolas Paquin, suivez le sur Facebook et Instagram !

[1] organisé par Parcs Canada

[2] Abel Bates : de vice ou de mort – roman policier, Montréal, Éd. Popfiction, Coll. rocambolesque, 2010, ISBN : 978-2-923753-09-6

Et Abel Bates : banlieue blanche – roman policier, Montréal, Éd. Popfiction, Coll. rocambolesque, 2010, ISBN : 978-2-923753-16-4

[3] Avec des photographies de Simon Lachapelle, Saint-Constant, Broquet, 2012, ISBN : 9782896543663

[4] Avec des photographies de Simon Lachapelle, Saint-Jean-sur-Richelieu, Nicolas Paquin, 2013, ISBN : 9782981075611 diffusé en 2013 au profit de la Fondation du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu

[5] Piégés – roman pour adolescent, Montréal, Éd. du Phœnix, 2013, ISBN : 9782923425993

[6] Sous le feu de l’ennemi, Les volontaires t.1, Montréal, Éd. du Phœnix, 2014, ISBN : 9782924253236

Combattre dans l’ombre, Les volontaires t.2, Montréal, Éd. du Phœnix, 2015, ISBN : 9782924253441

Théâtre de guerre, Les volontaires t.3, Montréal, Éd. du Phœnix, 2016, ISBN : 9782924253762

[7] Montréal, Éd. du Phœnix, 2017, ISBN : 9782924833018

 

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

 

Soyez de la fête avec Martyne Pigeon, Julie Stanton et Mathieu Villeneuve !

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CompositionJMDLA

 

C’est une superbe Journée mondiale du livre et du droit d’auteur qu’a préparée la librairie Morency ; une journée pour des lecteurs de tous les âges, des monstres, de la poésie en français et en espagnol, et des échanges littéraires dans un speed-dating original. Trois activités avec Martyne Pigeon, Julie Stanton et Mathieu Villeneuve à ne pas manquer !

 

Requiem HR

Cela commence à 13h avec Julie Stanton et son traducteur Victor Ramos qui vous proposeront une lecture bilingue et à deux voix de Requiem pour rêves assassinés : hommage à Pablo Neruda (Éd. Les Heures bleues, 2004), finaliste du prix Alain-Grandbois de l’Académie des Lettres du Québec, traduit et publié en 2017 en Argentine. Une lecture qui ouvre à une autre musicalité.

 

 

 

boite à monstre

À 14h, les plus jeunes (6-9 ans) profiteront de l’atelier animé par Martyne Pigeon. Après la lecture de La boîte à monstre par son auteure, chaque enfant sera invité à construire son premier livre de monstre. Il y dessinera sa plus grande peur, pour ensuite lui ajouter un décor et des artifices loufoques. Le but de l’activité est d’apprendre à apprivoiser ses peurs et à respecter les craintes de ses camarades. Les enfants peuvent venir déguisés en monstre. Nombre maximum de participants : 20. Réservation suggérée : (418) 661-8777

 

 

HR

 

De 14h à 17h, Mathieu Villeneuve vous convie à lui présenter votre livre préféré en tête-à-tête. À partir de cette confession, Mathieu Villeneuve choisira un extrait de son roman Borealium tremens (Éditions La Peuplade), récipiendaire du Prix de création littéraire BDQ-SILQ 2018, qui fera écho à votre choix. Une rencontre privilégiée qui se déroulera sur la mezzanine de la librairie.

 

 

 

Pour plus de renseignements, contactez la Librairie Morency,

Place Fleur de Lys à Québec

418-661-8777

 

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018

Nicolas Paquin de passage au Salon international du livre de Québec

Mots-clés

, , , , , , , , , , ,

compo-SILQActuellement en tournée dans les écoles du Québec, Nicolas Paquin, lauréat du prix Philippe-Aubert-de-Gaspé pour la trilogie « Les volontaires » et du prix CALQ-Chaudière-Appalaches dans la catégorie « œuvre de l’année » pour Combattre dans l’ombre, s’arrête à Québec le temps d’un après-midi pour une belle séance de dédicaces au Salon international du livre de Québec avec son dernier roman, Après-bal, publié aux Éditions du Phoenix.

Quand ? Dimanche 15 avril de 13h à 17h.

Où ? Au kiosque 87 des Éditions du Phoenix.

L’auteur :

Originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Nicolas Paquin a déjà 9 livres à son actif. En 2010, Il remporte le concours Un Pont, une légende[1] avec « Mathias et Félicité » et publie deux romans[2]. De 2010 à 2013, il signe une chronique hebdomadaire dans Le Canada Français et en 2011, on le sollicite pour écrire Haut-Richelieu Atours & Alentours[3]. Il reçoit l’année suivante une bourse du Conseil des Arts des Lettres du Québec pour le recueil de légendes urbaines, Ce qu’il ne faut pas dire[4].

En 2013, Nicolas Paquin publie un suspense ados/adultes, Piégés, aux Éditions du Phoenix[5]. De 2014 à 2016, il plonge dans le roman d’aventures historique, fort de sa rencontre avec des vétérans de la Seconde Guerre mondiale. Il leur rend hommage dans sa trilogie Les Volontaires[6], pour laquelle il bénéficie d’une bourse du Conseil des Arts du Canada. En 2017, Combattre dans l’ombre reçoit le prix CALQ-Chaudière-Appalaches dans la catégorie « œuvre de l’année. » Invité à titre de conférencier par la Maison du Québec à Saint-Malo, Nicolas Paquin présente ses œuvres à Dieppe, Coutances et Courseulles-sur-Mer. À l’automne, on lui décerne le prix Philippe-Aubert-de-Gaspé pour sa trilogie Les volontaires et sa contribution à la littérature et à l’histoire du Québec.

En octobre 2017, Nicolas Paquin renoue avec le policier pour Après-bal[7].

 

-PHOENIX-Ado-ApreCs_bal-150dpiRésumé :

La fin des études secondaires ! Auréolés d’une gloire parfois douteuse, une dizaine d’étudiants se sont distingués cette année. Lorsqu’un camarade les convie à un après-bal exclusif dans un vieux manoir tapi au fond de la campagne, l’enthousiasme est général. Mais si les liqueurs et la nourriture leur apparaissent incomparables, à mesure que la soirée avance, les incidents se succèdent : invités indésirables, menaces, agressions, vol, et même une tentative d’empoisonnement! Simple malchance? Ces drames, qu’on serait tenté de balayer sous le tapis, préludent-ils d’un événement plus grave encore?

Dans ce huis clos haletant se révèlent les tromperies, les médisances et la haine cultivées pendant cinq ans. Lorsqu’une petite société hypocrite voit ses assises se fissurer, le danger guette…

Vous voulez en savoir plus ? Visitez le site Internet de Nicolas Paquin, suivez le sur Facebook et Instagram !

[1] organisé par Parcs Canada

[2] Abel Bates : de vice ou de mort – roman policier, Montréal, Éd. Popfiction, Coll. rocambolesque, 2010, ISBN : 978-2-923753-09-6

Et Abel Bates : banlieue blanche – roman policier, Montréal, Éd. Popfiction, Coll. rocambolesque, 2010, ISBN : 978-2-923753-16-4

[3] Avec des photographies de Simon Lachapelle, Saint-Constant, Broquet, 2012, ISBN : 9782896543663

[4] Avec des photographies de Simon Lachapelle, Saint-Jean-sur-Richelieu, Nicolas Paquin, 2013, ISBN : 9782981075611 diffusé en 2013 au profit de la Fondation du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu

[5] Piégés – roman pour adolescent, Montréal, Éd. du Phœnix, 2013, ISBN : 9782923425993

[6] Sous le feu de l’ennemi, Les volontaires t.1, Montréal, Éd. du Phœnix, 2014, ISBN : 9782924253236

Combattre dans l’ombre, Les volontaires t.2, Montréal, Éd. du Phœnix, 2015, ISBN : 9782924253441

Théâtre de guerre, Les volontaires t.3, Montréal, Éd. du Phœnix, 2016, ISBN : 9782924253762

[7] Montréal, Éd. du Phœnix, 2017, ISBN : 9782924833018

 

___________________________________________

©Agence Littéraire Laëns 2018